Investissement immobilier et réchauffement climatique : où investir ?

Le placement immobilier constitue un projet de grande envergure. Par conséquent, il s’avère important d’analyser tous les facteurs de danger. Dans cette optique, le changement climatique a des conséquences significatives sur l’environnement et notamment sur les biens immobiliers. Toutefois, conscient des conséquences et des risques sur chaque bâtiment, le domaine de l’immobilier intègre de plus en plus de mesures. Alors comment le secteur immobilier s’adapte-t-il face à la dégradation climatique et qui sont les gagnants et les perdants ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’analyser plusieurs facteurs relatifs à l’investissement dans la pierre.

La relation entre le placement dans la pierre et les changements climatiques

Avec les changements climatiques qui font de plus en plus de ravages d'année en année, il existe des risques physiques pour chaque logement français. De ce fait, la relation entre le changement climatique et l’investissement dans l’immobilier dans l’Hexagone est évidente. D’ailleurs, nombreux sont les investisseurs qui optent pour une démarche plus responsable dans le cadre d’un placement immobilier.

Cela passe notamment par le choix d’un matériau plus durable pour chaque aspect du bâtiment, mais aussi par la sélection de la zone où investir. Par ailleurs, il existe de nombreuses aides en France pour une meilleure gestion de la consommation énergétique. Cette stratégie permet de prévenir les problèmes engendrés par les changements climatiques.

L’augmentation des températures

Selon les scénarios établis par Météo France et le projet Drias (Donner accès aux scénarios climatiques Régionalisés français pour l'Impact et l'Adaptation de nos Sociétés et environnement), une hausse de la température est à prévoir dans certains secteurs de l’Hexagone.

Les conséquences de l’augmentation de la température

Dans l’hypothèse d’une augmentation de la température de l’ordre de 2 degrés, les villes situées à l’est et au sud-est du pays seront les plus touchées. Par exemple, les villes telles que Mulhouse, Lyon et Grenoble devraient connaître une amplification des vagues de chaleur. De plus, le pic de température dans ces zones de l’Hexagone pourrait atteindre 40 degrés en été. Les villes de Paris, Tours, Angers et autres ne sont pas en reste. Elles devraient également connaître une augmentation de la température.

Selon le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), une adaptation des logements au changement du climat est essentielle. De ce fait, il est important de favoriser les bâtiments qui aident à lutter contre la hausse de la température. Pour ce faire, la végétalisation des espaces est par exemple une solution qui permet une meilleure absorption du dioxyde de carbone. Par ailleurs, l’utilisation de bois et de matériaux avec des normes particulières est également nécessaire pour assurer la pérennité des biens immobiliers. Ces démarches permettront de réduire la consommation en énergie dans le cadre d’un placement plus responsable.

Les zones concernées par une augmentation de la chaleur

L’augmentation des températures se produit chaque année. Ainsi, il s’avère important de tenir compte des villes concernées de près par le changement du climat sur les prochaines décennies. Concernant la hausse des températures, les secteurs les plus risqués dans le cadre d’un placement dans la pierre sont les suivants :

  • Rennes,
  • Angers,
  • Tours,
  • Limoges,
  • Toulouse,
  •  Montpellier,
  • Nîmes,
  • Grenoble,
  • Lyon,
  • Clermont-Ferrand,
  • Dijon, 
  • Nancy, 
  • Reims,
  • Paris. 


Ces villes seront les principales concernées par la montée des températures sur les prochaines décennies. Toutefois, il faut tenir compte du dispositif de transition énergétique mis en place par l'Etat français. Ce dernier consiste notamment à la régulation de la consommation d’énergie des bâtiments pour des logements moins énergivores. Grâce à ce changement obligatoire, les répercussions négatives du changement climatique pourront être freinées. Dans tous les cas, il s’avère nécessaire d’effectuer une analyse approfondie de la ville et des quartiers dans lesquels vous souhaitez investir avant de faire votre placement.

Les villes à privilégier dans le cadre d’un placement locatif

Il est important de constater qu’il existe des zones qui offrent de bonnes opportunités d’investissement malgré les conséquences physiques des changements climatiques. Ainsi, si vous souhaitez investir dans l'immobilier locatif, les localités suivantes sont à privilégier :

  • Dunkerque,
  • Lille,
  • Le Havre,
  • Brest,
  • Nantes,
  • Bordeaux,
  • Marseille,
  • Toulon,
  • Nice,
  • Besançon,
  • Strasbourg,
  • Metz. 


Ces secteurs ne sont pas épargnés par les changements climatiques et notamment l'augmentation des températures. Toutefois, comparé aux autres villes comme Paris, le changement se fait moins ressentir chaque année. De ce fait, dans l’optique d’un investissement immobilier pérenne, réaliser votre placement dans ces communes est conseillé.

Exemple de placement dans le cadre d’un projet locatif

Pour une meilleure compréhension, des exemples d’investissements sont de mise. Nous avons par exemple permis à un de nos clients d'investir avec un budget de 131 604 euros dans un T2 à Lille. Cet appartement de 30 m² lui permet de générer des revenus locatifs annuels de 7 980 euros. Il obtient ainsi un rendement locatif brut de 6,06 %.

investissement-locatif-lille

Si vous souhaitez investir dans la ville de Metz, sachez que nous y avons réalisé un projet pour un de nos clients. Avec un budget de 246 490 euros nous lui avons permis d'investir dans une maison de 4 chambres. Avec une surface de 92 m², cette dernière lui permet de toucher un revenu annuel de 1 600 euros. En ce qui concerne le taux de rentabilité de ce placement, il est de 7,79 %.

Pour un placement dans la pierre à Nantes avec un budget de 200 399 euros, notre client a pu faire l'acquisition d'un T3. Avec une surface habitable de 46 m², ce logement lui permet de tirer un revenu annuel de 9 160 euros. Avec cette somme, son taux de rendement potentiel est de 4,58 %.

Les dangers concernant l’inondation ou les crues

Avec la fonte des glaces qui empire chaque année, la montée des eaux constitue l’un des risques physiques d’un placement immobilier. Effectivement, les inondations sont l’une des conséquences du dérèglement climatique.

Les inondations et ses répercussions dans le cadre d’un placement dans la pierre

Le réchauffement climatique constitue l’une des principales sources de l’augmentation du niveau de l’eau dans différentes régions de l’Hexagone. Les régions les plus concernées par de potentielles inondations se situent principalement sur le littoral Atlantique. Il s’agit notamment de la Bretagne, de la Nouvelle-Aquitaine, des Pays de la Loire, de la Somme et du Pas-de-Calais. C'est un problème majeur dans le cadre d’un investissement locatif puisque cela favorise la dégradation des bâtiments.

Face à ce risque élevé, l’État a décidé de mettre en place des PPRL (Plans de Préventions des Risques Littoraux). Le but est d’identifier les zones les plus exposées afin de préconiser la construction d’espaces de secours surélevés. Aussi, pour éviter la dévaluation d’un bâtiment à des fins locatives, une bonne analyse des biens est conseillée.

Les zones à risque dans le cas des inondations

Les inondations peuvent avoir une influence majeure sur les industries et l’économie d’une ville située sur le littoral, puisqu’elles menacent les ports. Dans cette optique, le choix de la ville où investir est primordial. Celles les plus à risques concernant l’inondation sont les suivantes :

  • Dunkerque,
  • Le Havre,
  • Brest,
  • Nantes,
  • Bordeaux,
  • Marseille,
  • Toulon,
  • Nice. 


​​​​​​​​​​​Ces villes sont celles qui risquent le plus de connaître une inondation sur les prochaines décennies. En ce qui concerne la crue, le danger se situe davantage au niveau des différents fleuves de l’Hexagone comme la Seine, la Loire, la Garonne et le Rhône. Il est toutefois important de préciser qu’investir dans les villes citées précédemment reste avantageux. Et ce, bien qu’elles représentent un certain degré de risque.

Les zones à privilégier dans le cas d’une inondation

Les zones situées à l'intérieur des terres offrent de nombreuses possibilités de placement pérenne. Les villes à privilégier sont les suivantes :

  • Rennes,
  • Angers, 
  • Toulouse,
  • Tours, 
  • Grenoble, 
  • Lyon,
  • Clermont-Ferrand,
  • Limoges,
  • Besançon,
  • Dijon, 
  • Mulhouse, 
  • Strasbourg,
  • Metz,
  • Nancy,
  • Reims,
  • Paris,
  • Lille. 


​​​​​​​​Ces villes constituent les moins touchées par les eaux en cas d’inondation due au réchauffement climatique.

Les exemples de placement pour éviter les risques d’inondation

Si vous disposez d’un budget de 211 562 euros pour investir à Grenoble. Il est possible de faire l'acquisition d'un T4 de 64 m² qui vous permettra de générer un revenu annuel de 1 250 euros avec un taux de rendement de 7,09 %.

Pour un placement à Nancy, investir sur le boulevard Albert 1er est conseillé en raison de son emplacement. Avec un budget de 254 750 euros, notre client a pu opter pour un F5 de 87 m². Cela lui permet de générer un revenu annuel de 1 830 euros avec un rendement brut de 8,34 %.

Metz constitue également une ville particulièrement privilégiée en raison de son emplacement. Dans le cadre d’un placement immobilier pérenne dans cette ville, c’est la rue de la Chapelle qui offre le meilleur rendement. Avec un budget de 246 490 euros, notre client a pu investir dans un projet lui permettant d'obtenir un revenu annuel de 1 600 euros avec une rentabilité brute de 7,79 %.

investissement-locatif-metz

Les feux de forêt

Chaque année, la France est la cible de nombreux feux de forêt à l'approche de la période estivale. En effet, les mois de juillet et août constituent les périodes au cours desquelles les incendies sont les plus nombreux.

Les zones à risques dans le cas d'un feu de forêt dans l’Hexagone

Les changements climatiques sont les principales sources de feux de forêt dans le pays. Selon les données de Météo France et du ministère de la Transition écologique, il existe des zones qui pourraient connaître des incendies de grande envergure dans les prochaines années. Comparables au feu de forêt qui a eu lieu en Australie entre 2019 et 2020, ces incendies concernent surtout le sud-est et le sud-ouest. Cela a un impact évident sur les projets d'investissement immobilier, puisque les zones touchées perdent en valeur. Toutefois, toutes les villes ne sont pas concernées par cette conséquence du réchauffement climatique. Les principales villes à risque sont les suivantes :

  • Montpellier,
  • Nîmes,
  • Marseille,
  • Toulon,
  • Nice. 


​​​​​​​Il est toutefois possible d'investir dans ces zones en prenant en compte les localisations les plus enclines à connaître un feu de forêt.

Les villes à privilégier pour un placement afin d’éviter les feux de forêt

Il est rassurant de constater que les feux de forêt ne toucheront pas tout le pays. En effet, vous avez la possibilité d'investir dans certaines villes sans courir le risque de connaître une dévaluation du bien dans le futur. Les principales zones à privilégier lors d'un investissement sont les suivantes :

  • Dunkerque,
  • Lille,
  • Le Havre,
  • Paris,
  • Reims,
  • Orléans,
  • Metz,
  • Nancy,
  • Strasbourg,
  • Mulhouse,
  • Besançon,
  • Lyon,
  • Clermont-Ferrand,
  • Limoges,
  • Grenoble,
  • Toulouse,
  • Tours,
  • Angers,
  • Rennes. 


​​​​​​​Ces zones sont particulièrement avantagées concernant les dangers de feu de forêt d'ici 2040. De ce fait, investir dans ces villes est le plus sûr dans ce type de scénario.

Exemple d'investissement pour éviter les risques de feu de forêt

Avec un budget de 230 131 euros, nous avons offert à notre client la possibilité d'investir dans la ville d'Orléans, notamment dans la rue du Baron. Il y a fait l'acquisition d'un T4 de 69 m² et perçoit un revenu annuel de 1 400 euros avec un rendement locatif de 7,30 %.

investissement-locatif-orleans

Dans la ville de Rennes, un budget de 244 101 a permis à notre client d'investir dans un T4 de 68 m². Cette opération lui a ainsi permis de se constituer des revenus locatifs annuels de 1 330 euros. La rentabilité brute moyenne pour ce placement est de 6,54 %.

Avec la somme de 217 777 euros, nous avons mené un projet dans un T1 de 20 m² à Lyon pour le compte de notre client investisseur. Il perçoit aujourd'hui un revenu locatif annuel de 9 300 euros et son taux de rendement est de 4,27 %.

photo du rédacteur
  • Mickael ZONTA
  • Président, Investissement-Locatif.com

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • investissement-immobilier/portrait-investisseur-fabien

    Fabien a réalisé son premier investissement locatif avec Investissement-Locatif.com qui l'a suivi tout au long de son projet. Il en ai ravi. Découvrez son avis sur cet investissement locatif clé en main.

    Lire l'article
  • investissement-immobilier/investir-immobilier-metaverse

    Vous souhaitez investir dans l'immobilier dans le métavers ? Cet article vous aidera à y parvenir !

    Lire l'article
  • investissement-locatif/quel-salaire-pour-investir-dans-limmobilier-locatif

    De quel salaire un investisseur doit-il disposer afin de pouvoir investir dans l’immobilier locatif ? Cet article donnera quelques éléments de réponse.

    Lire l'article

Faites le premier pas en prenant RDV.
Notre équipe gère tout le reste.

Prenez rendez-vous avec un de nos conseillers par téléphone, ou dans un de nos bureaux à Paris, Lyon ou Lille.